Les fantômes du musée


Ce qui m’interpelle dans un musée, c’est le vide ; et souvent je m’assoies et j’imagine les anciennes déambulations, les discussions, et les personnes qui ont hanté ce lieu avant moi. Comme lorsqu’on visionne une vidéo fixe d’un lieu, et qu’on accélère l’image ; on voit des corps, des silhouettes, du mouvement. De la vie.

Les fantômes du musée est un travail de recherche sociologique débuté en 2013 à Strasbourg à la Galerie Heitz, qui se veut à la fois critique de l’espace muséal et hommage à la visite.

Après avoir observer pendant plusieurs jours les comportements des spectateurs.trices dans l’espace du musée, j’ai pu établir une base de données répertoriant le temps de visite, l’âge, la démarche, et les comportements de chaque individu. Ce qu’il en ressort c’est le nombre de minutes nécessaires à la visite et à la lecture des cartels. Lecture qui semble obligatoire pour appréhender les tableaux. Je me suis alors questionner sur le regard du spectateur.trice : que regarde t-on ? Qu’est-ce qui est important ? J’ai créé de nouveaux cartels surmontant ceux déjà existants.

Faisant ainsi revivre les scènes antérieures et positionnant le.a spectateur.trice comme visiteur.euses actif.ve.s car reconditionnant son statut dans l’espace muséal.

Galerie Heitz, Musée des Beaux-Arts de Strasbourg